🥀 IRIA DEL 🥀 ORACLE CREATOR INTERVIEW

🥀 IRIA DEL 🥀 ORACLE CREATOR INTERVIEW

Un jour, @_astro_gaia m’a dit « viens on va à sa dédicace ». Moi pas contrariante, j’ai répondu « ok » ne sachant absolument pas de quoi il en retournait. J’ai eu le droit à une guidance express archi juste et à faire un des meilleurs investissements en oracle. En effet, son jeu m’accompagne dans ma pratique personnelle, sur mon tapis et c’est carrément pas des lol. Pourtant l’univers est sombre (ce qui est à l’opposé de mon univers t’as vu 🦄) mais il t’envoie direct là où tu dois retirer tes cacas de yeux. Un combo entre de la téléportation et de la lévitation.

Un visage angélique, des super pouvoirs de cartomalchimiste ; elle écrit avec ses tripes et les divinités ; voici l’interview de l’envoutante Iria Del, auteure de l’Oracle de la Déesse Sombre et du livre Aphrodite, Maîtresse de l’Amour.

Autoproclamée emmerdeuse ésotérique, je vous préviens ça va déménager !

PARTIE 1 – INTERVIEW CLASSIQUE D’IRIA

1- Qui es-tu ?

Je suis une personne bizarre qui a l’air à peu près normal. J’ai longtemps essayé de faire rentrer mon rond dans le carré du monde mais j’ai décidé de virer full bizarre il y a quelques années et d’abandonner mes efforts infructueux pour me faire une place en entreprise. J’ai totalement ravalé mon égo et mon bac+6, pris n’importe quel job alimentaire pour avoir de quoi suivre ce qui m’appelle vraiment au fond de moi : devenir écrivain, cartomancienne et maman, pas forcément dans cet ordre.

C’est drôle que tu me demandes si je me suis lavé les dents aujourd’hui car je vais empiéter sur la question suivante où tu évoques les cartes Pokémon. << Audrey is speaking : chaque question comporte des sous-questions incluant notamment celles-ci qui n’ont ni queue ni tête mais qui au final nous amène des informations intéressantes ! Read this 👇 >>

Chaque jour avec mon fils qui a 5 ans, on se lave les dents avec une application Pokémon. A chaque brossage, on gagne un Pokémon. Donc si mes estimations sont justes, dans environ 130 brossages on les aura tous capturés et donc je pense qu’on va fatalement arrêter de se brosser les dents. Ça n’aura plus aucun intérêt.

2- Quand a commencé ton histoire avec la cartomancie ?

J’ai toujours cru que tirer les cartes était un truc beaucoup trop complexe demandant un don obscur et générationnel. J’ai fini par m’y mettre quand ma mediumnité, refoulée depuis l’enfance, m’a éclaté à la figure à la fin de ma vingtaine. Pour essayer de comprendre ce qui m’arrivait, j’ai demandé un signe et suis tombée sur des cartes oracles. J’ai eu la même sensation que Will Hunting découvrant les maths et s’exclamant, comme s’il était Mozart « c’est ça mon piano ! ». Ca fait donc 9 ans que je pratique, aussi bien avec des oracles que des tarots.

Mais au fur et à mesure des années, une frustration s’est faite sentir. Les gens me demandaient des tirages, comprenaient intellectuellement ce qui en ressortait et rien ne bougeait dans leur vie pour autant suite à ça. Comme je suis une alchimiste dans l’âme, j’ai décidé de mettre un peu le bordel dans ma pratique et de créer des méthodes de tirages qui font appel à l’invisible de façon plus active. La déesse Hécate m’a bien aidé dans ce processus. Aujourd’hui, je ne propose que des tirages rituels de trois sortes : divinatoires, invocatoires et transformateurs ; au préalable copieusement testés sur moi et des cobayes choisis. Mon chouchou est le tirage alchimique qui est un transformateur. Il a vocation à créer une transmutation réelle en soi et à l’extérieur de soi en plus de fournir un chemin de compréhension plus classique. Pendant ce tirage rituel j’ouvre une porte alchimique et remets une clé énergétique à la personne qui me consulte. C’est un tirage qui m’a demandé énormément de taf et des réajustements dans l’invisible avant de pouvoir le proposer. Ce n’est pas juste un concept placebo comme pourraient le croire les quelques (pas) malines que j’ai cramées à copier ma posture. D’autant plus que je sais quand ça arrive car on m’avertit par rêves. Ce tirage est très sorcier pour le coup. Il me ressemble.

3- Peux-tu nous parler de l’oracle de la Déesse Sombre que tu as créé avec Gulliver l’Aventurière ?

Cet oracle découle directement de mon cheminement de sorcière voyageuse entre les mondes et de mon travail avec les déesses sombres, à commencer par Lilith, ma déesse tutélaire. L’année précédant la rédaction de l’oracle, j’ai perçu une présence nouvelle, différente, comme réunissant toutes ces déesses et bien plus encore. Elle s’est présentée comme LA Déesse Sombre.

Je n’avais jamais appréhendé une présence aussi vaste dans l’invisible. Aussi proche et en pétard aussi. J’avais trouvé à qui offrir ma couleur de prêtresse. Mais elle ne voulait pas juste d’une prêtresse qui lui offre de l’encens et des prières. Elle m’a foutu au boulot avec une efficacité inédite. J’avais toujours voulu écrire mais avais très peur de ne pas réussir dans ce domaine. Pour réaliser un projet pour Elle, je lui ai demandé un coup de pouce, un signe. « Balance la sauce » que je lui ai demandé en plein rituel. J’ai alors reçu une vision d’une femme au visage de pierre qui soufflait de l’or sur mes projets. Quelques jours après, Julie Lapierre, aka Gulliver L’Aventurière me contactait sur Insta pour me proposer une collab sur tout autre chose. Je lui ai alors fait une contre-proposition… C’est là que l’aventure a commencé.

Est-ce qu’il y a des secrets ou des détails cachés dans des cartes qu’on ne peut pas deviner la significations si on n’a pas parlé avec toi ?

J’ai pondu une formation toute entière sur les secrets d’initiée de cet oracle, incluant le portail que j’ai caché dans chaque carte de façon rituelle. Il y en a plein car chaque carte a été une initiation à passer pour moi et Gulliver. Je te donne un des secrets : La carte de la Survivante me représente quand j’étais gamine. Gulliver s’est basé sur une de mes photos d’enfance. On s’est cachées à plein d’endroits de cet oracle que ce soit en images ou en concepts. En tout cas, ce jeu n’est pas un catalogue de déesses que j’ai froidement décidé de représenter. Ce sont toutes des présences que je tutoie et qui m’ont passée à la moulinette initiatique.

Le lien de ma formation « Secrets de la Déesse Sombre » : juste ici

Peux-tu me confirmer la liste de tes créations ?

2019 – Hécate ❌ FAUX – me suis faite eu pas la charte graphique 🤣 ❌

2019 – Oracle de la déesse sombre

2020 – Aphrodite (livre)

Oui pour la Déesse Sombre et Aphrodite mais je n’ai à ce jour pas encore écrit sur Hécate. Mais ce troll est savoureux. Hécate est extrêmement importante dans mon cheminement. Je lui ai attribué le « carrefour » de mon jeu, le 22, comme il y a 44 cartes en tout. Je suis moi-même née à 22h22. Hécate adore s’inviter un peu partout. Quand l’oracle a été imprimé, plein de jeux ont eu un défaut, une carte en double. C’était la 22, celle d’Hécate. Comme pour bien insister sur ce portail chelou par lequel je suis venue au monde.

4- Quelle est ta carte préférée de ton jeu ?

C’est extrêmement dur de choisir ! Au niveau des illustrations, j’ai eu un coup de cœur très fort pour la Sage-Femme. Elle compose d’ailleurs l’un de mes tirages alchimiques personnels très importants. J’ai aussi un lien très particulier avec la Lignée qui est l’illustration qui m’a « choisie » quand Gulliver m’a proposé un original. C’est une carte que j’ai écrite sous semi-possession et pour laquelle Gulli a perdu systématiquement tous ses croquis comme pour la forcer à se lancer directement, de façon brute.

5- Quelle est la carte qui a été la plus difficile à créer ?

La Survivante. J’ai dû en toucher quelques mots à Gulliver pour lui exprimer la charge dans cette carte liée à des maltraitances d’enfance. C’est son idée de m’avoir réclamé une photo de la petite moi pour, en quelque sorte, lui rendre justice, la tirer de là où elle se trouve encore dans un coin de ma psyché et créer un support qui aidera les autres survivant.es à s’en sortir.

6- Combien de temps a pris la création de ton jeu ?

J’ai réalisé un gros rituel pour la Déesse Sombre pour Samhain 2017. Suite à cela, elle m’a tambouriné le ciboulot pour lui écrire un oracle. J’ai mis quelques mois à oser m’y mettre. La création en elle-même a pris 9 mois d’Imbolc à Samhain 2018 avec un rituel à chaque bout. On reste dans la thématique de la gestation et du féminin sorcier, toujours ! Je me souviens de Gulliver nous félicitant comme si nous étions deux jeunes parents pinçant les joues de notre gros bébé, avant que toute autre personne ne puisse encore voir notre œuvre en dehors de nous deux. On était émues et fières comme des paons ! Puis la maison d’édition a pris le relais et le jeu est sorti l’année suivante à la période de Samhain 2019. Ce portail de fête sorcière est important. Mis bout à bout, il y a eu deux ans de processus.

7- Peux-tu nous parler de ton travail d’écrivain ?

Pour l’Oracle de la Déesse Sombre ça s’est “imposé” à toi mais pour tes autres ouvrages : comment as-tu choisi le sujet ou si on te l’a proposé comment as-tu appréhendé le dossier ?

J’ai toujours voulu écrire. J’aurais fait des études littéraires si je n’avais pas été aussi poreuse aux découragements gigantesques de tous bords sur ces voies « de chômeurs ». J’ai finalement fait des études de commerce après un bac littéraire, histoire de faire chier mais pas trop. Et finalement, en suivant la voie recommandée par « tout le monde » j’ai fini en chômeuse désabusée enchaînant les contrats précaires. Chaque fois qu’un poste semblait se libérer pour moi dans mon secteur, un truc improbable se produisait, un changement complet de management, un budget qui s’évanouissait dans l’air, une personne qui était titularisée à ma barbe,… Un vrai acharnement pour me faire échouer dans ce choix par défaut et repenser à cette bénédiction bizarre, reçue par une fée pas comme les autres, au collège, une prof de français qui pointait régulièrement son doigt sur moi, le regard fou, prophétisant que j’allais devenir écrivain, entre deux élucubrations sur ses chats.

La Déesse Sombre ça a été le premier coup dans le dos pour que j’ose. Et chaque projet d’écriture suivant part d’une envie profonde, un appel. Mais je pense que pour rédiger un LIVRE, je ne me sentais pas légitime. Il a donc fallu que mon éditrice Ninon fasse la filoute et me demande quel livre j’aimerais lire chez eux par la suite. Et là, elle m’a dit de l’écrire. C’est comme ça qu’Aphrodite est arrivée. Maintenant je sais que je peux le faire et qu’on ne m’attend pas à chaque coin de rue, indignés par ma prose, pour me jeter des slips sales sur la tête et me dire que j’écris comme un chimpanzé. Donc je continue.

8- Quels sont tes prochains projets ?

J’ai plein de choses qui bouillent dans le chaudron :

Un oracle qui parle des guides venus du cosmos et des autres dimensions est en cours d’illustration par l’artiste merveilleuse Ash Coloured. C’est un oracle que j’ai rédigé sur un peu plus d’un an, de 2019 à 2020, à la suite de la Déesse Sombre et qui fait le lien, d’une certaine manière, entre elle et nous en passant par des guides plus proches, venus des étoiles. J’y explore la chute dimensionnelle depuis le plus haut jusqu’au plus bas et j’initie un dialogue entre les différentes strates, entre les étoiles et la terre.

Un deuxième oracle avec Gulliver est également en cours d’écriture et d’illustration depuis 2019 et on le finira d’ici cet été. C’est un oracle mixant alchimie et rock’n’roll. Il me prend beaucoup de temps car il me passe le cerveau à la moulinette et j’en expérimente concrètement chaque carte dans ma vie consensuelle. Cet oracle me fait peur hahahaha. J’espère en sortir vivante…

Niveau projets solos, un livre sur Athéna est également sur sa dernière ligne droite de création. Je remets le manuscrit à mon éditeur en mars. Ça veut dire que je vais très peu dormir jusque-là et être d’une humeur de dragon mal léché caféinomane. Je glisse ça là pour m’excuser par avance auprès de ceulles que je vais ghoster en MP sur insta. C’est la faute d’Athéna ! Il sortira chez Danaé, comme mon premier livre sur Aphrodite.

Un livre sur le vampirisme sacré est aussi entamé et je mettrai la gomme dessus deuxième moitié de 2022. Il devrait sortir sous le label Chronos Arenam chez Alliance Magique. Ça fait longtemps que j’ai commencé à en parler et que du monde l’attend. Il faudra patienter encore un peu.

J’ai plusieurs projets de livres et d’oracles pour la suite mais le rythme de mes idées défie un peu trop le temps et l’espace et je voudrais donner un peu de tranquillisant à ce cerveau de gémeaux excité. La plupart de mes idées sont des « commandes » de l’invisible donc je vais tranquillement laisser mes guides se fighter entre eux sur le ring de ma caboche en mangeant des chips en toute insouciance le temps qu’ils se départagent la priorité. Et ma foi, je ferai au fur et à mesure… Une chose est sûre, Gulliver aura du taf aussi. Chaque fois que je lui énumère mes idées, elle dit pour tout « c’est ça que je veux faire pour le prochain projet ! ». Bien sûr cette phrase n’a plus aucun sens parce qu’il y en a trop. Alors rdv quand on sera vieilles et gâteuses pour voir si on a réussi à tout abattre.

PARTIE 2 – INTERVIEW D’IRIA PAR L’ORACLE DE LA DÉESSE SOMBRE

Sans surprise, Iria a utilisé son Oracle de la Déesse Sombre
  • Quelle créatrice d’oracle je suis : Vague de feu

Une guerrière blessée, dans un cratère de volcan, de dos parce que je ne veux pas tout révéler non plus. Ca me représente bien ! C’est un peu le geyser créatif issu de mes épreuves initiatiques. Tout ce que j’écris, je le traverse. Je n’écris pas avec mon sang mais je pourrais ^^

  • Quelle est ma plus grande qualité : Sexuelle

Voilà ce qu’il se passe quand j’utilise ma création pour dévoiler des trucs sur moi. Je me fais bien bizuter. Si on couple avec la première carte, la blague sur le feu au c*l n’est pas loin… Plus sérieusement, je suis une personne extrêmement passionnée et ma spiritualité est centrale dans ma vie, elle est très incarnée. Je pense avoir la capacité à rendre ça contagieux, à véhiculer le côté attirant et concret que peuvent avoir les mondes invisibles que je traverse. En tout cas, je m’y emploie avec beaucoup de plaisir.

  • Quelle est ma vision de la cartomancie : Lachésis

Je n’aime pas tirer les cartes pour des broutilles. Ma pratique de la cartomancie porte mes idéaux. Je voudrais qu’on puisse utiliser cet outil pour se révéler et se réaliser. Ce truc devenu imbouffable de « devenir la meilleure version de soi-même » détourné par une vision capitaliste du développement personnel.

Je n’envisage pas cette meilleure version comme répondant à des critères sociétaux mais alchimiques ! Le soi essentiel, cosmico-révolutionnaire, badass, qui se dépouille de toutes ces attentes bancales et qui incarne le machin glorieux planqué dans le coffre à la naissance et qu’il faudra aller déterrer par l’épreuve. Je veux que ma cartomancie explose ce coffre et révèle son contenu pour aller emmerder l’ordre établi et permettre aux gens de faire ce qu’ils sont. Pas ce qu’on leur a dit qu’ils étaient. Je veux être ce personnage farfelu et solennel qu’on trouve dans tous les récits de super-héros qui vous file un objet bizarre et vous dit « Tiens, tu es l’élu.e ! Met ton slip sur ton collant ! ». Je veux faire ça. Faire tourner la roue du Destin. Je fais partie de ces cinglées qui croient travailler pour ce fichu Destin. J’ai même un serpent Lachésis tatoué sur mon bras donc c’est très sérieux dans ma tête !

  • Ce que mon oracle apporte de plus que les autres : Pandore

Ca raccroche bien les wagons avec la question précédente. Eclater le coffre et faire sortir la super-héroïne. Forcément, cet oracle reflète ce que je vibre. Si on s’en saisit véritablement, il peut activer des transformations intérieures et extérieures assez musclées.

PARTIE 3 – TON AVIS SUR ORACLINZEL

J’adore ton approche ! Tu me fais riiiiire ! Je traduirais ton énergie dans la tarotsphère à travers mon propre prisme par « on se sort les doigts du tralala et on y met des plumes ». Tu montres un chemin de rupture vis à vis d’une vision ancienne du tarot où tout est poussivement sérieux et obscur, cloisonné. Quand je te vois œuvrer, je me dis qu’on peut travailler sérieusement avec le tarot en légèreté et le dédramatiser. Tu ouvres quelque chose, tu distribues le pouvoir. Et ça, ça me plaît forcément.

Pour retrouver Iria :

Instagram @iria.del

Etsy IriaDelCartomancie

Youtube Eaux Cultes Iria Del

Facebook Eaux Cultes Iria Del

Merci Iria de t’être livrée 🙏. Ton témoignage et ton parcours sont super inspirants. J’espère que chaque lecteur prendra la mesure des processus créatifs et d’écriture concernant les projets que tu proposes au monde.

Par ailleurs, nous avons hâte de connaître la suite de tes aventures HygienoBuccoPokemonesques. 🤣

2019 – Rencontre à la dédicace de l’Oracle la Déesse Sombre

Pour ceux et celles qui sont arrivés jusqu’ici déjà merci. Et ensuite, je vous laisse mettre en commentaire le blaz de la prochaine invitée. < Oh mais dis donc est-ce qu’un énorme indice serait pas en photo juste au dessus 😱 >

Oraclinzel Professor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back to top